Où il n'est bien sûr nullement question, ni d'automne, ni de Tokyo…

1 janvier 2006

Bonne année mon cul.

Posté dans : En Passant, par Dave A. à 11:27

Non, non, je ne suis pas particulièrement aigri en ce jour de post-célébration hélio-centrico-révolutive.
C’est juste que j’ai toujours voulu faire ça et je n’ai pas de répondeur, alors je ne pouvais tout de même pas laisser passer l’occasion.

2 Comments »

  1. Bonne année quand même 😉

    Comment par palpatine — 1 janvier 2006 @ 2:23

  2. Pas mal mais vite démodé… en tout cas plus vite périmé qu’un yaourt.

    Fut un temps où mon répondeur répondait (parce qu’il dit ce que je veux, mon n’veu) :
    « Si la vie avait un sens, on choisirait l’autre.
    Si j’étais vraiment un numéro, vous en auriez fait un autre… »

    Ce fut assez mal vécu par ma mère et ne courant pas désespéremment après les embrouilles familiales (encore moins après les jérémiades de ma génitrice), j’y ai renoncé.
    Depuis, j’y ai laissé le message d’usine.
    Très classe charter, très simple, très poufiasse hôtesse de l’air ou du salon de l’auto mais au moins j’ai la paix et une réponse toute faite au cas où l’on m’interrogerait : « Bah ! j’ai eu la flemme de le changer… ».
    Aussi hypocrite que des voeux de bonne année, en somme.
    Ce dont, par respect pour notre hôte et par logique minimaliste, je m’abstiendrai donc.

    Comment par Fugitive — 1 janvier 2006 @ 11:27

RSS feed for comments on this post. | TrackBack URI

Leave a comment

XHTML (les tags suivants sont autorisés): <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> .

et ignotas animum dimittit in artes